26.02.17 Pontonx 4ème Certamen La Fragua Betail Miranda de Pericalvo

Pontonx sur l adour

Pontonx exterieur 1

 

 

 

Pontonx interieur

16h00 Baptiste Bordes écart le 1er et 5ème Taureau

Photo Christian Lamolie

Jaime Casas : une oreille


Juan Pedro Llugano : un avis et silence

Alvaro Passalacqua : un avis et une oreille


Ismaël Jimenez : un avis et vuelta, une oreille

 

Compte Rendu CORRIDA FRANCE (Thierry Reboul)

Pontonx sur l'Adour (26/02/2017) : Ismaël Jimenez remporte le Certamen de La Fragua 2017...

 

©Philippe Latour
©Philippe Latour

 

Les quatre novilleros arrivés en tête de la phase qualificative se sont retrouvés ce dimanche sur le sable des arènes de Pontonx pour la finale du Certamen de la Fragua.

Dans la continuité du tentadero de ce Samedi, c’est la ganaderia de Miranda de Pericalvo qui a fourni le bétail qui a servi à départager Jaime Casas, Juan Pedro Llugano, Alvaro Passalacqua et Ismaël Jimenez. Bien présentés pour ce type de compétition, les erales ont eu des comportements divers allant du faible quasi invalide sorti en quatrième position, jusqu’au très encasté troisième fort justement honoré d’une vuelta posthume.
 

Côté novillero, la déception est venue du jeune mexicain Llugano qui avait fait forte impression samedi face aux vaches et qui a manqué de recours face à un eral pourtant noble.

Ismaël Jimenez a su convaincre le jury de ses qualités face à novillo trop faible pour qu’il puisse s’exprimer. Bien qu’ayant eu moins de trophée que ses collègues, il a été déclaré vainqueur et a combattu le cinquième toro.
 

La Fragua 2017, parrainée par Richard Milian, a voulu être le lien entre les tauromachies landaises et espagnoles. Après une soirée d’anthologie qui a vu les meilleurs feinteurs triompher face des vaches nouvelles d’origines prestigieuses (Cebada Gago, Pedraza de Yeltès,….), c’est Baptiste Bordes qui a réalisé, avec succès, un écart face au premier et au dernier novillo.

 

  1. Le premier novillo a été reçu par Jaime Casas. Le novillero, mal servi au sorteo à Arzacq, a touché à Pontonx un eral bien présenté et relativement noble. Il l’accueille par un larga de rodillas suivi d’une bonne série de véroniques. Le toro, blendo, a tendance à serrer sur la corne gauche. Le torero l’embarque sur une première série à droite « marginale ». Casas se centre un peu plus sur la seconde avant de passer à la main gauche. Il a tendance à ne pas se croiser et garde le toro près de lui à la sortie de la passe. Petit à petit le toro, noble au début, finit par se défendre sur une demi-charge. La faena, trop longue, qui manquait, jusque là d’émotion, devient plus hachée. Le toro tombe après une entière contraire légèrement en avant. La présidence octroie une oreille après une pétition ultra minoritaire.
  2. Nous attendions tous la prestation du mexicain Juan Pedro Llugano très brillant aux qualifications. Le jeune novillero a entretenu l’illusion aux deux premiers tiers avec en particulier deux bonnes paires de banderilles. Dès les premiers doblones, la faena a été brouillonne. Le garçon est courageux, son eral un peu faible est noble, mais les premières séries sont approximatives et heurtées et les enchaînements manquent de structuration. Rapidement, le Miranda de Pericalvo réduit sa charge et le manque de technique du novillero font que la faena va à menos. La mise à mort, elle aussi approximative et conclue par une atravesada, ne vient pas relever le niveau de la prestation du mexicain
  3. Le troisième est bien présenté. Haut, costaud il sort du type de la ganaderia. Alvaro Passalacqua manque de style à la cape et se fait damer le pion par Ismaël Jimenez lors d’un quite. Le novillo est encasté, il vient de loin et avec alegria dès qu’on le sollicite. Il a juste besoin d’être canalisé par une muleta alliant autorité et temple. Le torero de Malaga à la muleta est élégant, compose ses attitudes avant, pendant et après la passe. Mais il a encore tendance à ne pas se centrer, à retirer le drap de serge trop tôt et trop vite. Il s’obstinera à toréer à mi hauteur alors que son opposant a la force, la caste et la noblesse pour être toréé par le bas. Ce que fait le novillero plait au public mais reste en dessous des qualités d’un eral qui aurait mérité des mains plus expertes. Il termine sur une bonne série où enfin il se croise, fait baisser la tête au bicho et toréé avec un peu plus de lenteur. Alvaro a l’intelligence de comprendre que le toro permet une estocade à recibir ce qu’il fait avec sincérité et efficacité. Malheureusement comme souvent sur les bonnes estocades, le toro tarde à tomber et le jeune garçon n’est pas encore passé Maître dans l’art du descabello. Sous la pression d’une partie du public, une oreille est accordée à l’élève de l’Ecole Taurine de Malaga alors que l’excellent novillo est honoré d’une vuelta al ruedo (malheureusement sans musique).
  4. Ismaël Jimenez a des attitudes et des gestes techniques d’un novillero expérimenté alors qu’il est tout débutant en costume de lumières. Il est très mal servi au sorteo. Le quatrième eral est, en effet, quasi invalide. Il chute à plusieurs reprises, est très tardo en début de faena et quasi parado en fin. Avec abnégation, application et une certaine technique, Ismaël s’évertue à faire passer un novillo qui répond au compte goutte et au ralenti. Il finit par arracher quelques passes enchainées et fait une vuelta après une entière verticale et deux descabellos.                                                                                         Après délibérations, le jury désigne ce jeune garçon comme vainqueur de la Fragua 2017. C’est une bonne décision compte tenu de ce qu’il a montré tout au long du Certamen et face aux problèmes posés par son eral. Cela aurait peut être mérité plus d’explications pour le public dont une partie n’a accepté qu’à moitié ce choix, même s’il n’y a pas eu de réactions de sa part à l’énoncé des résultats.
  5. Le dernier Miranda de Pericalvo écarté par Baptiste Bordes à son entrée en piste. Jimenez l’accueille par un paquirrina. Cette fois-ci, il laisse banderiller sa cuadrilla et attaque la faena par le haut. Très vite le Miranda devient tardo et se met sur la défensive. Après un bon début qui confirme les qualités entrevues auparavant, le novillero va, comme le toro, à menos et la faena baisse d’intensité et d’intérêt. Le vainqueur de La Fragua coupe quand même une oreille après un pinchazo Hondo et une entière tombée.

Ainsi s’achève La Fragua 2017, rendez vous est pris pour l’édition 2018.

 

Fiche Technique :

Arènes couvertes de Pontonx, Finale du Certamen de La Fragua 2017
Cinq erales de Miranda de Pericalvo, bien présentés au jeu inégal avec un excellent troisième honoré d’une vuelta al ruedo pour

Jaime Casas : une oreille
Juan Pedro Llugano : un avis et silence
Alvaro Passalacqua : un avis et une oreille
Ismaël Jimenez : un avis et vuelta, une oreille

Ismaël Jimenez est proclamé vainqueur de la quatrième édition de la Fragua

A l’issue du paseo, un hommage a été rendu avec remise d’un trophée souvenir à André Viard.
L’écarteur landais Baptiste Bordes a réalisé un écart à la sortie du premier et du dernier novillo.
Président : Franck Lanati
Un tiers d’arène

Thierry Reboul

L’image contient peut-être : texte et nourriture

L’image contient peut-être : une personne ou plus, texte et plein air

La quatrième édition de La Fragua est en marche. Elle aura lieu les 25 et 26 février prochain. Elle commencera le samedi avec deux tentaderos pour les 12 aspirants et se poursuivra le dimanche avec un tentadero matinal en compagnie de Juan leal et du parrain de La Fragua, ainsi que la novillada sans picador finale l'aprés-midi.

La Fragua 2017,


●SAMEDI 25/02/2017
10h00: Tienta de 6 vaches de Miranda de Pericalvo.
13h00: Entracte repas sur la piste des arènes.
14h30: Reprise de la tienta avec les 6 vaches restantes.
19h00: Proclamation des novilleros qualifiés.
21h00: Grand spectacle Landais.

●DIMANCHE 26/02/2017
10h00: Tienta de Juan Leal et du parrain de La Fragua
13h00: Repas dans les arènes
16h00: Novillada sans picador
5 novillos de Miranda de Pericalvo
Les novillos seront écartés par Baptiste Borde.

Tout au long du week end des expositions seront misent en place dans les arénes chauffées, les repas ainsi que la buvette vous permettrons de passer une belle journée de convivialité...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 01/03/2017